La restauration d’habitats naturels

Les dernières populations de Geckos Verts de Manapany présente en milieu naturel sont localisées dans les falaises littorales de la commune de Petite-Ile dans le sud de La Réunion. Ces falaises appartiennent au Conservatoire du Littoral. NOI s’est vu confier la restauration écologique d’une partie de ces falaises pour préserver l’habitat naturel de notre gecko Peï.

Pour avoir plus d’informations concernant le Conservatoire du littoral, cliquer sur le logo ci-dessous.

Les falaises littorales de Petite-Ile présentent des reliques de végétation littorale indigène, avec une flore et une faune exceptionnelle, on peut y observer des pieds de bois endémiques devenus rares sur l’île comme le Latanier rouge (Latania lontaroides) et le Vacoa (Pandanus utilis) qui est l’une des plantes les plus prisés par le Gecko Vert de Manapany.

Malheuresement ce milieu à été fortement colonisés par des espèces exotiques…

En lien avec le Plan National d’Action (PNA), le Conservatoire du littoral a pour projet de restaurer sur environ 10 hectares de falaises ,

 Contexte : Flore et faune exceptionnelle sur falaises littorales de Petite-Île – Dernières populations du gecko vert de Manapany (Phelsuma inexpectata), classé en danger critique d’extinction – Reliques de végétation littorale indigène – Maîtrise foncière des falaises littorales par le Conservatoire du littoral

Projet de restauration des habitats naturels porté par le Conservatoire du littoral ‐ Acquérir des connaissances sur les habitats, la faune, la flore et leur distribution géographique ‐ Restaurer une zone de 10 ha permettant de reconnecter les populations isolées de gecko vert de Manapany 

 107 espèces végétales inventoriées – 40 espèces indigènes dont 7 menacées – 60 espèces exotiques dont 7 invasives – 7 espèces cryptogènes

Espèces d’intérêts pour la restauration écologique : Bois d’ortie Latanier rouge Bois de chandelle Saliette Manioc marron bord de mer Vacoa Grand natte Bois de nèfles Patte poule Bois de pintade Bois d’olive gros peau Bois de gaulette

Nuisibilité Schinus terebinthifolia à La Réunion :

Très présent sur toute l’île le faux poivrier est inscrit dans la liste des espèces envahissantes de La Réunion. L’espèce se développe et forme des fourrés très denses empêchant le développement et la régénération de la flore indigène. Schinus terebinthifolia est classé au niveau 5, le plus fort dans l’échelle de C. Lavergne concernant les espèces envahissantes de La Réunion. Niveau 5 : taxon exotique (ou cryptogène) très envahissant, dominant ou co-dominant dans les milieux naturels ou semi-naturels, ayant un impact direct fort sur la composition, la structure et le fonctionnement des écosystèmes.

Schinus terebinthifolia est le plus souvent un arbuste multicaule de 3 à 6 mètres de hauteur, parfois il devient un véritable arbre pouvant mesurer 15 m.

Origine, répartition Schinus terebinthifolia :

Schinus terebinthifolia est une espèce originaire d’Amérique du Sud, elle a été introdroduite pour l’ornement, pour l’alimentation, comme plante médicinale, comme brise-vent dans de nombreuses régions tropicales. Souvent naturalisée Schinus terebinthifolia est considérée dans de nombreuses régions comme une espèce envahissante.