Nos actions en faveur du Gecko de Manapany

[us_page_title font_size=”1.8rem” inline=”1″ description=”1″]
[us_breadcrumbs show_current=”1″ font_size=”0.9rem” align=”right” separator_icon=”material|chevron_right”]
Le gecko vert de Manapany est une espèce endémique très menacée. Son aire de répartition est extrêmement limitée au Sud de La Réunion. Il vit dans des milieux naturels situés en bordure littorale, mais aussi dans des secteurs urbanisés et jardinés.

Les principales menaces pour la survie de cette espèce sont : la disparition de son habitat et les prédateurs et compétiteurs introduits par l’Homme à La Réunion.

[us_separator type=”fullwidth” thick=”3″]

Restauration écologique de l’habitat naturel du gecko

En milieu naturel, les populations de geckos sont disséminées dans des reliques de végétation indigène, et plus particulièrement au niveau de fourrés à vacoas littoraux (Pandanus utilis). Principalement arboricole, le gecko vert de Manapany est dépendant de cette végétation, puisqu’elle lui fournit nourriture, refuge contre les prédateurs et site de reproduction. Cette végétation constitue l’habitat du gecko. Si elle disparait, le gecko disparaitra aussi !

[us_btn text=”Participez aux chantiers de restauration écologique” link=”url:https%3A%2F%2Fnatureoceanindien.org%2Fcontact%2F%20|||”]
[us_image_slider ids=”23326,23328,23327,23649,23329,23643,23644,23647″ autoplay=”1″ fullscreen=”1″]
Pour aller plus loin :

La disparition de l’habitat du gecko est principalement liée à l’envahissement par les espèces végétales exotiques, en particulier le faux-poivrier (Schinus terebinthifolius). L’expansion et l’augmentation de leur densité entraîne la fermeture du milieu, l’asphyxie et au final la mort des plantes hôtes du gecko.

Sans une intervention rapide de l’Homme pour empêcher la disparition totale de son milieu, nous assisterons à la disparition de notre gecko péi !

Depuis 2012, à l’aide de chantiers bénévoles, NOI mène des actions de restauration écologique dans les falaises littorales de Petite-Ile, terrains sous gestion du Conservatoire du Littoral. Ce site héberge une population de gecko vert de Manapany qui se maintient tant bien que mal dans ce qu’il lui reste d’habitat propice. Le site héberge aussi des oiseaux marins, principalement des puffins du pacifique (Ardenna pacifica) et des pailles en queue (Phaethon lepturus).

Nos actions consistent à lutter contre la végétation exotique envahissante et à replanter les plantes indigènes hôtes du gecko vert de Manapany.

 Les objectifs à plus ou moins long terme sont :

  • de transformer les surfaces envahies (par le faux-poivrier, la prune malgache, le zavocat marron, le cassi blanc etc.) en surfaces  favorables au gecko vert de Manapany,
  • d’augmenter les effectifs et la surface de la population de gecko vert de Manapany.

Afin d’évaluer l’impact et la pertinence des différentes actions de gestion menées, nous réalisons également des suivis de nos actions sur le terrain : suivi des actions de restauration, suivis scientifiques des effectifs et de la répartition de la population de gecko.

La répartition du gecko vert de Manapany est extrêmement limitée : une quinzaine de populations isolées sont connues, localisées dans une bande littorale de 11km de long entre Saint-Pierre et St-Joseph. Ce travail vise à apporter une bonne compréhension de la dynamique d’une population de Phelsuma inexpectata sur un site où des opérations de restauration écologique sont mises en place par Nature Océan Indien depuis 2012.

Les objectifs sont :

  • d’identifier la répartition précise du gecko sur ce site,
  • d’évaluer ses effectifs et ses densités,
  • et d’identifier la structure de la population (par classe d’âge et par sexe).

La méthode de Capture (par photo-identification)-Marquage-Recapture (CMR) est utilisée pour estimer les effectifs, les densités et la structure de la population.

Sur le long terme, ce monitoring permettra de s’engager dans une démarche de gestion adaptative du site (évolution/correction des actions de gestion en fonction des résultats), mais aussi de répondre à de nombreuses questions d’ordre biologique (longévité, recrutement, survie…).

[us_separator type=”fullwidth” thick=”3″]

Refuges pour le Gecko vert de Manapany

[us_image_slider ids=”23157,23155,23153,23663,23664″]

Le gecko vert de Manapany est endémique du Sud sauvage. Menacé d’extinction, petit à petit son habitat naturel disparaît. Mais les jardins, petits ou grands, peuvent héberger des geckos verts, et constituent des zones de refuge privilégiées !

L’opération “Refuges pour le gecko vert de Manapany” est une démarche qui vise à garantir la survie de cette espèce menacée dans les milieux urbanisés ou semi-urbanisés. Il s’agit d’un engagement volontaire sur la base d’une convention signée entre l’association et des particuliers, associations ou toute autre structure située sur les communes de Saint-Joseph ou de Petite-Ile.

Les refuges quant à eux s’engagent à respecter quelques préconisations visant à garantir la conservation du gecko.

NOI s’engage à procurer aux refuges des conseils techniques, de l’assistance, ainsi que des plantes indigènes favorables au gecko. La création d’un refuge pour le gecko vert de Manapany est gratuite et n’implique pas de dépenses pour le signataire.
[us_btn text=”Devenez Refuge pour le Gecko vert de Manapany” link=”url:https%3A%2F%2Fnatureoceanindien.org%2Fwp-content%2Fuploads%2F2018%2F10%2FConvention-VF2018.pdf||target:%20_blank|”][us_separator]

Vous souhaitez en savoir plus ?
Consultez la plaquette “Refuge pour le gecko vert de Manapany“,
ou Contactez-nous.

[us_separator type=”fullwidth” thick=”3″]

Etude et contrôle de la faune invasive

Lorsqu’elles sont implantées, les espèces animales introduites à La Réunion, peuvent avoir un impact important sur les populations de gecko vert de Manapany. Par exemples, les chats, les rats et certains oiseaux introduits sont des prédateurs des geckos. Le Grand gecko vert de Madagascar, plus grand et plus agressif, est en compétition avec le gecko vert de Manapany (pour l’utilisation de l’habitat et les ressources alimentaires) et il peut aussi les manger !

A l’heure actuelle de nombreuses connaissances manquent, non seulement quant à la part qu’occupe le gecko vert de Manapany dans le régime alimentaire des prédateurs introduits, mais également quant à l’incidence de la compétition entre espèces.

NOI étudie certains prédateurs ou compétiteurs et mène également des actions de lutte contre ces espèces : par exemple contre le rat, la souris, la couleuvre loup ou les geckos verts introduits depuis Madagascar.

Afin d’avoir un aperçu global de nos actions et d’améliorer les outils de gestion, Arthur Choeur réalise actuellement un travail de thèse sur le sujet (laboratoire ENTROPIE/NOI/CBNM) : c’est le projet CELSIR.

[us_btn text=”En savoir plus sur ce projet” link=”url:https%3A%2F%2Fchoeurarthur.wixsite.com%2Fcelsir%20||target:%20_blank|”]
[us_image_slider ids=”23169,23165,23170,23168″ meta=”1″ autoplay=”1″ img_size=”full” img_fit=”cover”]
[us_separator type=”fullwidth” thick=”3″]

Partage d'informations et de connaissances

Afin de partager les connaissances sur les problématiques liées au gecko vert de Manapany, l’association Nature Océan Indien réalise et édite des plaquettes, fiches et posters, mais aussi des films documentaires et une newsletter.

L’association organise également des ateliers d’information/formation adaptés à de nombreux publics (scolaire, pro etc).

[us_btn text=”Documents en ligne” link=”url:%20https%3A%2F%2Fnatureoceanindien.org%2Fressources-documentaires%2F%20|||”]
[us_image_slider ids=”23134,22941,22948″]
[us_separator type=”fullwidth” thick=”3″]

Autres actions

[us_image_slider ids=”23658,23655,23657,23659″ autoplay=”1″ autoplay_period=”2″]